Written by Elodie Broussard

Rencontre avec Fabien Petit et Samir Derdek, membres actifs de WiM. Ces créateurs d’ambiance festive, musicale et solidaire, sont réunis dans la capitale autrichienne pour promouvoir, sans chauvinisme, culture française et artistes. Ils nous présentent l’histoire et le programme de leurs soirées devenues incontournables pour les nostalgiques et curieux du pays !

DigsyShambles : WiM est une association autrichienne à but non lucratif qui vise à promouvoir des artistes français et internationaux sur la scène autrichienne. Quelles sont ses activités ?

Fabien Petit : Tout d’abord, merci de l’intérêt porté à notre association et à ses activités, nous sommes particulièrement heureux (voire carrément fiers !) de pouvoir nous exprimer sur un support tel que DigsyShambles. WiM est effectivement une association à but non lucratif, nous insistons sur ce point, car l’association s’est fixée le but de s’autofinancer et de ne s’accorder aucune subvention extérieure (autre que les cotisations) afin d’impliquer un peu plus l’équipe qui la compose dans la vie associative et ses réalités (parfois dures, mais oh combien intéressantes !). Les activités de WiM se concentrent autour de la musique, et plus particulièrement sur la musique française et francophone. Mais nous ne sommes ni bornés, ni chauvins, et si un groupe qui chante en allemand, en tyrolien, en franglais,  ou bien en anglais, nous plaît, nous mettrons notre réseau en action pour le promouvoir.

Nous organisons donc des concerts d’artistes plutôt à l’écart des réseaux de diffusion dits « mainstream », les artistes et groupes talentueux qui vivent pour la musique et par la musique sans se prendre la tête et n’ayant pas peur de devoir dormir sur un canapé de salon (l’esprit WiMois). Les concerts sont donc une part prédominante de l’activité de WiM. Pour pouvoir autofinancer ses concerts, l’association a mis en place en 2011 la série des soirées françaises à l’Ost Klub de Vienne, qui permettent d’une part de fidéliser un public, mais également de faire découvrir des (nouveaux) artistes au public viennois (qu’il soit français, francophone ou autrichien) tout en engrangeant des rentrées d’argent (dons faits à l’association, adhérents, etc…) nécessaires pour payer les gages des artistes…car oui, en général, les artistes français sont plus chers que leur homologues européens (mais promis, on ne délocalisera pas en Chine !).

WiM s’est également constitué un réseau social avec d’autres associations en Europe centrale et de l’Est pour permettre aux groupes qui sont sur la route d’explorer de nouvelles contrées encore plus à l’est de l’Autriche comme par exemple en Hongrie, Slovaquie et Croatie.

DS : Quand et comment WiM a-t-elle été fondée ?

Fabien Petit : WiM est avant tout une idée née sur un canapé lors d’un apéro… La simple constatation d’une bande d’amis français vivant à Vienne depuis pas mal d’années et ne pouvant plus profiter d’activités culturelles auxquelles ils étaient habitués avant (plus tu es sevré, et plus tu deviens créatif). Quand tu habites au centre de l’Europe et que la plupart des groupes français que tu aimerais voir en tournée ne font que traverser l’Autriche à 130 km/h, et ce sans jamais s’arrêter sauf pour la pause pipi obligatoire, afin d’aller jouer en Hongrie, en Croatie, voire en Slovaquie ou bien ne tournent qu’en Allemagne… tu te dis effectivement qu’il y a ici quelque chose à faire. L’idée a germé en 2007 dans la tête de Nicolas Gergaud, Christophe Cuny, Yann Hervo et moi-même… pour arriver à maturité en 2008 avec la création officielle de l’association et le 1er concert du groupe Palinka (jazz manouche) à la Sargfabrik de Vienne. Les murs de la Sargfabrik en tremblent encore…

Après un premier succès d’estime avec la Palinka, qui nous a conforté dans notre idée qu’il y avait une véritable demande et un véritable public et qui a donné du poids à l’association sur la scène musicale viennoise, l’association a enchaîné en 2008/2009 avec plusieurs concerts à l’Ost Klub tels que les Watcha Clan, les Fils de Teuhpu, les Grosses Papilles… Depuis cette date nous en sommes déjà à une quinzaine de concerts.

Extrait concert WiM / La Palinka @ Sargfabrik

Extrait concert WiM / Watcha Clan @ Ost Klub

La vie d’une association est faite de va-et-vient selon les disponibilités de chacun, et le bureau se compose actuellement de Medhi Tazraret, Michaela Wurzenberger, Samir Derdek, Nicolas Gergaud, Thibault Henrion & moi-même qui s’investissons dans WiM pour le faire perdurer*. Nous sommes d’ailleurs en permanence à la recherche de nouveaux membres qui seraient prêts à s’investir avec nous et à proposer de nouvelles idées (si certains de vos lecteurs sont intéressés…).

DS : Les soirées françaises sont quasiment devenues cultes pour la communauté francophone de Vienne. La prochaine aura lieu le jeudi 19 avril 2012 à l’Ost klub, et DigsyShambles y sera avec son petit verre de P@stis à 2 euros seulement… En quoi consistent-elles ?

Samir Derdek : Les soirées françaises, c’est avant tout une occasion de se faire plaisir ! Le programme est simple mais il est effectivement devenu culte à Vienne (et pas seulement au sein de la communauté française !). Tout commence avec un apéro, et qui dit apéro dit Pastis ! Cet apéro est composé d’un menu (qui varie à chaque soirée pour le plat de résistance) qui comprend des entrées telles que de bonnes assiettes de fromage qui pue, des assiettes de charcuterie/pâté, un plat (si possible chaud) de résistance (lors de la dernière soirée, nous avons servi du canard confit avec de la salade), et enfin un dessert (tarte aux pommes, fondant au chocolat, flan…).

Ces plats, nous les préparons nous-mêmes, avec nos modestes compétences culinaires qui au final ne s’avèrent pas si mauvaises que ça ! Bien sûr, nous fournissons le pastis et le vin rouge à l’Ost Klub, car un confit de canard sans son bon pinard, par exemple, ce n’est pas un confit de canard ! Pour la musique, nous avons un DJ qui mixe de la musique francophone et d’artistes français (pas nécessairement francophone). Nous avons aussi mis au point un clip qui est diffusé pendant la soirée et qui est une compilation des meilleurs moments cinématographiques, musicaux et sportifs français. Par ces différents aspects cités ci-avant, nous essayons de faire partager un maximum de choses sur la culture française en l’espace d’une soirée.

Mais attention ! Les soirées françaises ne sont pas une manifestation patriotique ou chauvine, et il est important d’insister sur ce point. En effet, beaucoup d’étudiants de romanistique, de Viennois, et de personnes de communautés très diverses à Vienne sont présents. C’est donc, et c’est aussi la vocation des SF (Soirées Françaises), l’occasion d’échanger et de partager nos cultures le temps d’une soirée, d’un verre de bon vin rouge, ou même autour d’une bonne assiette de fromage !

Pour conclure, quand on parle d’un événement devenu culte je ne pense pas exagérer. Les SF ont vu leur fréquentation augmenter sans cesse. La dernière SF par exemple a réuni plus de 550 personnes ! Et ces succès, nous les attribuons aux personnes qui nous sont fidèles, et qui communiquent leurs expériences des SF.

DS : Les adhérents de WiM ont de nombreux avantages : entrées gratuites aux soirées françaises et barbecues, réduction pour les concerts, etc., alors même que la cotisation est modique (12 euros par an). Quels sont vos secrets de gestion ?

Fabien Petit : La vie d’une association et sa gestion n’ont malheureusement pas de mystère : cela repose avant tout et surtout sur le travail bénévole des membres qui la compose. Nous devons d’ailleurs remercier ici tous les membres et adhérents qui nous ont aidés sur les 5 dernières années. Sans eux, WiM ne serait pas ou ne serait plus ! Alors un grand merci à toutes et à tous pour le travail incroyable qui a été fourni ! Si nous étions une société inscrite au CAC40, nous aurions sans aucun doute fait faillite depuis longtemps.

L’association vit des cotisations de ses adhérents, des éventuels dons de mécènes, mais surtout et avant tout grâce aux concerts qu’elle organise et aux soirées françaises qui nous apportent une véritable bouffée d’oxygène. L’équilibre financier sur un concert est toujours délicat et surtout stressant pour les organisateurs. Beaucoup de spectateurs ne s’imaginent pas les coûts financiers que cela implique parfois (entre les prétentions du groupe, la location de la salle, les coûts d’hébergement, de transport, la nourriture, la logistique, on atteint facilement les 2 000-3 000 € sur une seule date) et qui doivent malheureusement être répercutés sur le prix du billet d’entrée et/ou le nombre de spectateurs. Même si je dois dire que WiM propose toujours des prix de concert très bas (l’esprit WiM), et des places à tarif réduit pour ses adhérents.

DS : WiM a organisé en novembre dernier une soirée française dont les bénéfices ont été reversés à une association qui s’occupe d’orphelins camerounais. Comment vous est venue l’idée d’une soirée à vocation solidaire ?

Fabien Petit : Le but originel de l’association est de promouvoir la scène musicale française et internationale en Autriche… C’est vrai que le lien avec les orphelines du Cameroun peut paraître éloigné du contexte de WiM, mais en fait pas tant que cela. En effet, le but général de l’association est d’aider la création artistique… la Musique n’étant qu’une infime partie de ce que peut produire l’Homme (BHL sort de ce corps ?).

Les orphelines de l’association BuZ – Obala sont de véritables créatrices. Elles apprennent ainsi le métier de la couture, de la mode & du design, et sont de véritables artistes en soi. Le fait qu’elles suivent une formation de deux ans nous a motivé à les aider car nous voulions inscrire ce projet dans la durée… et ne pas offrir une simple aide ponctuelle qui malheureusement ne sert souvent à rien (donner un poisson ou apprendre à pêcher ?). Nous avons ainsi récolté plus de 800 € qui serviront à payer le salaire d’une formatrice locale pendant une durée d’un an. Merci encore une fois à la générosité des participantes/participants de la soirée française de novembre 2011 ainsi qu’aux membres de WiM pour le travail bénévole fourni.

Nous projetons d’associer une soirée française par an à une soirée caritative dans le but d’aider une autre association ou de soutenir un projet. La prochaine soirée à vocation solidaire aura lieu en octobre ou novembre 2012 et nous sommes actuellement en recherche active d’un projet qui nous tiendrait à cœur. D’ailleurs, si les lectrices ou lecteurs de DigsyShambles souhaitent nous faire part de leur association ou d’un projet à vocation solidaire, ils peuvent bien entendu nous contacter à l’adresse suivante : info@wim.or.at. Toutes les demandes sont les bienvenues !

DS : Un petit peu de promo pour les événements à venir ? C’est à vous !

Samir Derdek : WiM, c’est une année chargée en événements très divers ! Le prochain, c’est évidemment la SF du 19 avril 2012. Viendra ensuite un concert, le premier de l’année ! Le concert de    « La Fanfare en Pétard » se déroulera le 5 mai à l’AERA (1er arrondissement de Vienne). Tous les détails sont disponibles ici : cliquez.

Suivra la soirée française du 17 mai où l’on a prévu quelques surprises car ce sera la 10ème organisée par WiM !

En été, à votre avis ??? Les barbecues seront de mise ! Deux barbecues musicaux et sportifs seront organisés. Les barbecues musicaux, c’est pastis-merguez-pétanque sur un fond musical décontracté et ensoleillé ! Un tournoi de pétanque est au programme ! Les barbecues sont organisés tous les ans pendant les mois de juin/juillet sur le Donauinsel (possibilités de baignades également !).

Puis, recommence la saison des concerts avec celui d’Oncle Strongle le 21 septembre 2012.

Les traditionnelles SF reprendront également en septembre et ce, jusqu’en décembre 2012 (elles reprendront ensuite en mars 2013).

Nous sommes également en train de mettre au point un festival de musique Hip Hop qui aura lieu les 4/5/6 octobre 2012 à Vienne, Linz et Salzburg et qui nous réserve de bonnes surprises musicales avec un mélange d’artistes franco-autrichiens !

Je serai bref sur la promo, car vous savez, le but pour nous dans cet interview est de parler de ce que nous aimons faire, et du plaisir qu’on prend à le faire. Si vous voulez en savoir plus sur WiM, le mieux est toujours d’aller « liker » la page Facebook sur laquelle toute notre communication évènementielle est faite et où vous êtes certain(e) de ne rater aucunes de nos soirées/barbecues/concerts.

Pour rappel donc, voici le lien vers notre page facebook : WiM Vienna

DS : Un grand merci à vous deux pour cette interview et à très bientôt  !

En savoir plus sur WiM (Wiener Interkulturelle Musikförderungsverein)  : http://wim.or.at/

* WiM souhaite remercier sincèrement les personnes suivantes pour leur travail et implication dans l’association : Christophe, Daroch, David, Der Sam, Gwen, DJ King Krizzfader, DJ Lélé, DJ Sébi from Paris, DJ l’Embrouille, Fabien, Kerstin, Marcus, Matthias, Matthieu, Medhi, Michaela, Mika, Nico, Steffi, Thibault, Yann.

Comment